DE RERUM NATURA


DE RERUM NATURA (2019)
Hugo ARCIER.
Video format 4K (3840 x 2160), 25 images par seconde
8 min 27 s

« De tous les objets il existe ce que nous appelons les simulacres, sortes de membranes légères détachées de la surface des corps, et qui voltigent en tous sens parmi les airs.
… des figures et des images subtiles sont émises par les objets, et jaillissent de leur surface : ces images, donnons-leur par à peu près le nom de membranes ou d’écorce, puisque chacune d’elles a la forme et l’aspect de l’objet, quel qu’il soit, dont elle émane pour errer dans l’espace. »
Lucrèce

Comme pour l’installation vidéo de 2016 Ghost City, la vidéo De Rerum Natura est très directement lié au texte éponyme de Lucrèce et les passages qui décrivent les simulacres qui sont des membranes ou « écorces » émissent par les objets. Il est fascinant de constater que Lucrèce met ici en lumière un élément constitutif des mondes virtuels : le fait que ceux-ci sont constitués uniquement de surfaces (creuses). Le système de découpe des objets virtuels mis en place dans Ghost City et permettant de révéler que ces objets ne sont en fait que des surfaces est ici transposé à un univers végétal, constitué de branches et de troncs d’arbre.



Art, Video, 2019